HENRY DORCHY

be/ 1920-2002

 

34 Henry Dorchy 1963

Henry Dorchy naît le 24 janvier 1920 à Tournai. Son père, Hubert Dorchy, dessinateur, caricaturiste et créateur d'affiches publicitaires, l'initie très jeune aux arts plastiques.

Il est licencié en philosophie et lettres-histoire en 1942 (ULB & ULg), comme sa femme Irène (née le 12 avril 1920) épousée en 1943. Ils auront 2 enfants, Harry né en 1944, et Martine née en 1946. Il deviendra professeur d'histoire, puis préfetnà l'Athénée Royal de Bruxelles (1945-1978). Il enseignera l'histoire des Arts plastiques à l'Institut Supérieur des Arts du Spectacle- INSAS (1962-1978).

Son parcours de peintre débute à la fin des années 40 par un style figuratif qui fait des concessions aux personnages et aux objets, mais qui rapidement s'en écarte pour évoluer vers l'abstraction au début des années 50.

En 1951, Henry Dorchy rencontre le "Maître" Creten George, artiste original soucieux de son indépendance, alors âgé alors de 64 ans. Ils resteront amis jusqu'au décès en 1966 de ce grand peintre de la féminité. Dans son Journal d'un curieux historien, Henry Dorchy décrit cette rencontre et quelques traits de caractère du Maître.Pour prouver son non-conformisme, Creten dédicacera à "mon ami H. Dorchy" une gouache inédite sur un carton à tarte...

En 1951 a lieu sa première exposition à la galerie La Sirène de Richard Lucas où il expose 33 toiles. Le catalogue est titré "La recherche de l'expression dans le domaine non-figuratif".

Lors des Prix de la Jeune Peinture Belge, Henry Dorchy rencontre Louis Van Lint (1909-1986) qui devient un ami très proche. Dans son Journal, il décrit savoureusement ses mimiques qui font contrepoint à celles de Gaston Bertrand (1910-1994). Il les caricature tous les deux.

Paul Delvaux (1897-1994) apprécie ses nus figuratifs et propose un échange d'aquarelles. Dans son Journal, Henry Dorchy relate une discussion montrant que Paul Delvaux détestait le non-figuratif ainsi, Picasso et Matisse...

En 1955, Henry Dorchy obtient une bourse d’études et voyage en Italie. Ce pays lui inspire une série de dessins et de tableaux peints au latex. Il y retournera plusieurs fois.

En 1956, il peint sur verre des compositions 24x36 mm destinées à la projection (diapositives). Eléments des spectacles "Voix et Images" de Paul Hellyn présentés à l'Exposition Universelle 1958, elles illustrent Le bateau Ivre de Rimbaud et La Grande Tentation de Saint Antoine de Michel de Ghelderode.

En 1959 débute la série des papillons peinte, notamment, sur "des supports encollés à la feuille d'or et d'aluminium, avec des vernis gras colorés... [Henry Dorchy] obtient une espèce de mobilisme de la couleur, car selon la position du spectateur, le ton change, étant tantôt plus clair, tantôt plus foncé."

A partir de 1962, il réalise des aluchromies. En usine, la peinture est intégrée dans l'aluminium et est indestructible. Il s'agit encore d'une recherche sur la lumière. Il intégrera des aluchromies - et des résichromies - "avec respect pour l'architecture qui doit les accueillir" (Gérard de Brigode, architecte).

En 1966, il est membre fondateur du Groupe éphémère G 3 avec Louis-Marie Londot et Erwin Mackowiak, trois "hommes à la poursuite d'expressions nouvelles" (Gérard de Brigode) qui organiseront des expositions en France et en Belgique.

Dès la fin des années 1960, et jusqu'en 1995, il peint aussi des canevas pour tapis réalisés en laine nouée par sa femme Irène. C'est également l'époque où il quitte l'abstraction pour une nouvelle figuration innovante. Il compose des paysages et des portraits, avec des images multiples.

Dans les années 1970 et jusqu'en 1992, il crée 3 bandes dessinées uniques (non publiées à ce jour, et hélas! volées en septembre 2015) dont Les profanes écritures selon frère Henri...

Henry Dorchy décède le 29 juin 2002.

 

For available artworks, contact us !